Présidente d'honneur de la semaine de la fierté 2019

C'est avec grand plaisir que nous sélectionnons Diane Doiron comme Présidente d'honneur de la Semaine de la fierté 2019! Nous souhaitons reconnaitre sa résilience et celles de toutes les personnes ayant vécu la purge LGBTQ2+, une persécution et un renvoi systémique des personnes LGBTQ2+ au sein des Forces armées canadiennes, de la GRC et de la fonction publique entre les années 1950s et 1990s.

Diane Doiron est née à Pointe-Sapin, au Nouveau-Brunswick. Elle est la deuxième plus jeune d'une famille acadienne de six enfants où l'argent était rare mais l'amour était abondant. Elle dévoilé son homosexualité à sa famille à 18 ans et a été immédiatement acceptée comme telle, mais ne possédait aucune aptitude à la vie courante pour faire face à ce qui allait lui arriver dans la marine. En 1987, dans le cadre de la Purge LGBTQ2+, elle a été poussée hors des Forces armées canadiennes parce qu’elle était une lesbienne. 
 

Elle débuté par la suite une carrière en photojournalisme. Elle a travaillé avec le Chronicle Herald à Halifax, le Daily Gleaner à Fredericton et enfin au National Post à Toronto, comme Chef adjointe de bureau. Ses photos et ses reportages sont apparus dans des journaux tels que le National Post, le Globe and Mail, le Toronto Star et La Presse Canadienne.
 

Après une carrière mouvementée, Diane retourne dans son village natal où sa passion pour la photographie ne cesse de l'interpeller. Sa soif d'apprendre et sa curiosité lui permettent aussi d'entreprendre de nouveaux projets comme le jardinage bio et l’apiculture. Elle est devenue la première pompière volontaire de Pointe-Sapin.
 

Pendant plus de 30 ans, après avoir fait partie de la purge LGBTQ+ militaire en 1987, Diane se sentait très seule, et menait une vie pleine d’anxiété, de dépression et de symptôme du stress post-traumatique. Elle se sentait honteuse en raison de son pays qui ne l’acceptait pas comme soldat, et gardait ce secret près du cœur. Ni sa famille ni ses amis n’avaient aucune idée de ce qu’elle avait vécu.
 

Mais en 2017, tout a changé pour elle et pour toutes les autres personnes ayant vécu la Purge, après les excuses offertes par le premier ministre Justin Trudeau.
 

Désormais, Diane passe son temps à Pointe-Sapin dans son jardin, avec ses animaux à la petite ferme ainsi que ses abeilles. Après avoir enfin reçu un traitement adapté pour son stress post-traumatique, elle souhaite que ses difficultés et son histoire soient dévoilées au grand jour. Elle visite des foyers et des hôpitaux comme bénévole avec sa chienne de thérapie Una pour faire sourire les gens, et visite des écoles et évènements communautaires pour parler de son histoire.

Contact

103 rue Park, Maison Thomas Williams
Moncton, Nouveau-Brunswick, E1C 2B2
506-804-5650
info@riverofpride.com
Tous droits sont réservés à la Rivière de la Fierté  2018